Travailler dans l’informatique : quels métiers ?

Le monde évolue constamment. Les nouvelles technologies influencent de plus en plus son fonctionnement. De ce fait, les métiers de l’informatique sont les plus privilégiés de nos jours. Ces professions offrent de belles perspectives d’embauche. Les conditions de travail sont également meilleures. Découvrez ces 5 métiers si vous voulez travailler dans l’informatique.

Développeur full stack : un métier pour les plus polyvalents

Le développeur full stack est polyvalent, car il s’occupe du front et du back end. Le métier consiste à gérer des demandes informatiques multiples allant de la conception d’un site, en passant par le développement jusqu’à la programmation.
Le métier nécessite beaucoup d’organisation et d’adaptation. En plus d’être polyvalent, le développeur full stack se charge de plusieurs missions simultanément. En tout cas, la rémunération est excellente. Il touche 28 000 € par an en début de carrière.

A lire en complément : Les tendances actuelles et futures en matière de cybersécurité et de protection de la vie privée

Data Scientist : un analyste très bien rémunéré

C’est l’essor du Big Data qui a donné naissance au métier de Data Scientist. Celui qui exerce ce métier est un analyste expert en mathématiques et en statistiques. Il gère et analyse des données brutes. Il les interprète par la suite pour qu’elles aient un sens. Grâce à son analyse et à son interprétation, l’entreprise peut comprendre et cibler les données dont elle a réellement besoin.
Ce métier est récent. Il n’existe pour l’instant aucune formation pour devenir Data Scientist. C’est surtout l’expérience qui prime. Un Data Scientist touche 58 000 € bruts par an en début de carrière. Son salaire peut ensuite augmenter jusqu’à atteindre 75 000 € par an.

Ingénieur en intelligence artificielle : un informaticien chercheur

De plus en plus de logiciels basés sur l’IA apparaissent sur internet. Des ingénieurs en intelligence artificielle conçoivent ces logiciels. Ce sont des informaticiens chercheurs qui conçoivent des programmes informatiques complexes aptes à réfléchir et à créer comme un humain.
Un ingénieur en intelligence artificielle doit suivre une formation poussée en mathématique et en informatique, et doit avoir soit un Master, soit un diplôme d’ingénieur. Sa rémunération tourne entre 25 000 et 30 000 € par mois en début de carrière et atteint les 50 000 € et plus après quelques années d’expérience.

A lire également : Les opportunités et les défis de la blockchain pour l'avenir de l'informatique

Ingénieur en cyber-sécurité : un métier d’avenir

La sécurité des données est le problème de tous les utilisateurs du numérique. Pour protéger les données, une entreprise doit mettre en place des systèmes et plans stratégiques pertinents. Le professionnel apte à réaliser cela est l’ingénieur en cyber-sécurité.
Pour assurer son rôle, l’ingénieur en cyber-sécurité doit se positionner comme un chef de projet et doit se charger des divers aspects liés à la sécurité informatique sur le plan prévisionnel, opérationnel et stratégique. Le métier nécessite un Master ou un diplôme d’ingénieur axé sur la sécurité informatique. La rémunération est de 38 000 € par an en début de carrière et atteint les 45 000 € par an après quelques années d’expérience.

Architecte informatique : celui qui conçoit la structure des systèmes d’exploitation

Concevoir la structure des systèmes d’exploitation, c’est la mission principale de l’architecte informatique. Il peut aussi travailler sur un système d’exploitation existant. Dans ce cas, il analyse le système et formule ses recommandations en fonction des besoins de l’entreprise. À la tête d’une équipe de développement, il s’assure par la suite de la réalisation de la structure demandée.
Le métier nécessite un diplôme de type Master pro spécialisé en informatique ou d’un diplôme d’école d’ingénieurs. Un DESS/DEA informatique permet aussi d’accéder à ce poste. Concernant la rémunération, l’architecte informatique touche en moyenne 30 000 € par an en début de carrière. Il gagne 60 000 € par an une fois confirmé.